En partenariat avec
logo doctolib

Les médecins geeks

Retour aux articles

médecin geek
En France, le marché des dispositifs médicaux atteint 19 milliards d’euros et présente une croissance annuelle de 5%. 38 000 personnes sont porteuses en France d’une prothèse cardiaque implantée et connectée. L’économie réalisée grâce aux implants cardiaques connectés se chiffre à 315 euros par patient et par an. Source : SNITEM. La croissance du marché est indéniable d’un rythme compris entre 15 et 35% sur la période 2007-2012 d’après l’Agence des Systèmes d’information partagés de santé, Mars 2012.

Zoom sur les apports de la santé connectée et ses adeptes : Comment peut-elle aider à désengorger les cabinets médicaux et assurer un suivi quotidien à distance pour les patients ? Qui sont les médecins concernés ?

 

De véritables adeptes de la santé connectée dans l’hexagone

Une recherche effectuée sur la perception et l’utilisation des objets connectés en santé par les médecins en juillet 2016 par Withings, entité du groupe Nokia Technologies et leader de la santé et du bien être connectés, pour la MACSF, mutuelle d’assurance des professionnels de santé, a démontré que les professionnels de santé sont 25% à utiliser des objets de santé connectée pour eux et 61% à utiliser des applications mobiles de santé dans le cadre de leur profession. Cela dit que le choix de la santé connectée n’est pas uniquement l’apanage des jeunes médecins.

Les médecins plébiscitent les objets connectés ne sont pas hostiles à la santé connectée, à contrario, ils font partie des « early adopters » de la santé connectée. Presque 1 sur 4 ont au moins un objet connecté, soit 3 fois plus que la moyenne des français, bien qu’ils soient généralement dédiés à un usage personnel. Ce qui suppose qu’ils ne sont pas intégrés au sein du cabinet pour la mesure ou le diagnostic. Une autre catégorie de médecins utilise des objets connectés dans un cadre professionnel, 43%, et ce pour établir un diagnostic, tandis que deux tiers des médecins recourent à des applications mobiles, principalement pour la consultation des encyclopédies médicales en guise d’aide au diagnostic.

On en déduit donc que si les médecins sont considérés parmi les premiers à se saisir des nouvelles technologies, il s’avère cependant que tous ne se sentent pas impactés de la même manière. D’ailleurs des études toutes récentes ont démontré qu’un médecin de plus 50 ans sur cinq a peur de voir les relations avec les patients se dégrader du fait des objets connectés. Mais cette proportion ne représente que 14% de la population générale.  

La dermatologie : l’un des secteurs les plus impactés !

L'e-santé est aujourd'hui une solution qui permet aux praticiens de travailler dans des conditions plus favorables. L’utilisation pourrait désengorger les salles d'attentes des médecins, lutter contre les déserts médicaux, voire réduire les coûts des consultations. En quelques mots, c’est un outil idéal pour favoriser l'accès aux soins pour le plus grand nombre via des services connectés, permanence téléphonique, consultation à distance, en Visio ou asynchrone.

L’une des spécialités qui se montre compatible avec l'exercice de la santé en ligne, la dermatologie. Décidément elle s'y prête très bien ! Il suffit que patient prenne des photos de sa peau, les envoie, et détermine leurs symptômes et de nombreux problèmes peuvent être résolus à distance affirment les dermatologues. « Seuls 25% des utilisateurs ont eu besoin d'un rendez-vous en cabinet dermatologique suite à une consultation virtuelle. »

Plusieurs professionnels proposent aux dermatologues des plateformes de télémédecine en dermatologie comme Dermadom qui constitue un bon exemple de la généralisation du digital et des objets connectés. Degetel qui s’y inscrit a développé et intégré des outils digitaux à destination des patients, des professionnels de la santé et des laboratoires. Cet outil testé et conçu avec des dermatologues, assure le contact en quelques clics des patients avec un réseau de praticiens pour dispenser un avis médical suite à différents symptômes tels que rougeurs, démangeaisons, plaques,… Les applications sont conçues en s’appuyant sur la méthodologie du design d’expérience utilisateur et sont accessibles via des appareils comme les Smartphones, tablettes et ordinateurs.  

Télé-cardiologie ou la télésurveillance de patients

La télécardiologie est apparue en France à partir des années 2000. La télé-cardiologie ou la télésurveillance de patients implantés de prothèses cardiaques, affiche déjà un bilan très positif. D’après les études on estime que 38 000 personnes seraient porteuses d’une prothèse cardiaque implantée et connectée avec un impact positif du suivi à distance sur la survie des patients. Les prothèses connectées peuvent détecter précocement toute anomalie qui ne serait pas ressentie par le patient lui-même.

Ce qui permet ainsi de mieux suivre l’état du patient et de la prothèse. L’implant communique avec un transmetteur installé au domicile du patient en collectant les informations de la prothèse et les envoyant sur un serveur de données relié à l’hôpital. Sur place, les infirmières et cardiologues doivent à leur tour assurer un suivi quotidien des informations reçues et, en cas d’alerte, appeler ou convoquer le patient pour une consultation.    

Recentrez-vous
sur l'essentiel
Télésecrétariat médical
Prise de RDV en ligne
Agenda partagé
A propos de Calleo
Spécialiste du télésecrétariat 100% médical, Calleo vous permet d’offrir à vos patients la qualité de service qu’ils méritent et de retrouver le plaisir d’un exercice serein.